Zappa Deupoinzéro

FZ (c) Greg GormanIl y a quelques jours une petite vague dans l’océan des médias sociaux québécois est venue effleurer les pieds d’un des artistes dont j’apprécie le plus la musique, j’ai nommé, Frank Zappa.

Le journaliste Jean-Sébastien Marsan, par ailleurs auteur du livre « Le Petit Wazoo: Initiation rapide, efficace et sans douleur à l’œuvre de Frank Zappa », a publié un article dans le Devoir où il reprend certaines des orientations socio-politiques du musicien pour faire passer ses propres opinions (défavorables en l’occurrence) concernant entre autre ce qu’il est convenu d’appeler le Web 2.0. Cet article a suscité un petit débat qui a débordé l’espace de commentaires du Devoir pour se transporter sur le site de Martin Lessard, auteur et conférencier montréalais, considéré comme l’un des spécialistes incontournables des communications numériques. Ce débat autour de l’utilisation (récupération?) de Frank Zappa me semble un peu futile, même si l’exercice proposé par « Le Devoir de philo » est original.

D’ailleurs, Zappa était lui aussi « in it for the money », bien que dans une optique de résistance aux monopoles des maisons de disques et pour la protection farouche de ses droits d’auteur. Il avait même eu, dés les années 80, une réflexion sur ce que pourrait être un modèle (« pré-internet ») de distribution numérique de la musique (A Proposal For A System To Replace Ordinary Record Merchandising). S’il était encore en vie aujourd’hui, on pourrait alors peut-être présumer qu’il aurait également eu une opinion sur le « ouebdeupoinzéro », mais de là à extrapoler pour faire passer un point de vue (aussi défendable soit-il), ce me semble quelque peu exagéré.

Bien sûr Zappa avait des opinions fortes, notamment sur la politique et la société américaine, largement exposées par l’artiste lui même dans son livre The Real Frank Zappa Book, mais en ce qui me concerne, l’essentiel, lorsqu’il s’agit de Frank Zappa, c’est avant tout d’explorer son œuvre musicale.

Et pour le citer une énième fois:

« Information is not knowledge. Knowledge is not wisdom. Wisdom is not truth. Truth is not beauty. Beauty is not love. Love is not music. Music is the best… »

Nuff said 😉

3 commentaires
  1. Bonjour Stéphane, j’aime bien la citation à la fin, il résume bien ce qu’il faut en penser de la question du «ouèbe deux pont zéro» selon Zappa: si «he’s in for the _music_», alors il verrait le web 2.0 du point de vue de la musique et non du point de vue «contenu» at large et des «commentaires» en particulier.

    Le web 2.0 serait alors probablement un succès de son point de vue –mais je crois que c’est l’auteur de l’article qui est le plus spécialiste de nous deux sur Zappa qui pourrait le dire.

    • Bonjour Martin, c’est en effet un bon point. Il y a également cette phrase de fz, que j’aime bien: « Anything Anytime Anyplace For No Reason At All »…

Laisser un commentaire